Passer au menu Passer au contenu

Vous êtes sur le site Chaudière-Appalaches, mais nous vous avons localisé dans la région : ###detected_region###

MRC de Lotbinière : Hydro-Québec autorise la construction d’un projet éolien qui menace la zone agricole dynamique

Publié le 15 février 2024 - Écrit par Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches

Catégorie :

  • Chaudière-Appalaches
  • Actualités
  • Communiqués

Saint-Georges, 15 février 2024 – Le Syndicat de l’UPA de Lotbinière-Nord et la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches ont appris, avec surprise et inquiétude, la sélection du projet du parc éolien MRC Lotbinière d’Innergex par Hydro-Québec, le 26 janvier dernier. Le secteur ciblé par ce projet touche les municipalités de Saint-Édouard-de-Lotbinière, Sainte-Croix, Lotbinière et Issoudun, en pleine zone agricole dynamique.

M. Denis Paquet, président du Syndicat de l’UPA de Lotbinière-Nord, y voit un mauvais présage : « La venue d’un parc éolien sur le territoire agricole dynamique et patrimonial de la MRC de Lotbinière causerait des torts irrémédiables à la pratique de l’agriculture et au travail des agricultrices et agriculteurs. J’y vois la perte d’une richesse collective irremplaçable qui affecterait notre capacité à nourrir la population. » Il ajoute aussi que « les retours sur l’investissement ne tiennent pas compte de tous les inconvénients à subir qui, finalement, permettront à une entreprise privée de s’enrichir au détriment du garde-manger collectif. » M. Paquet tient à préciser que l’acceptabilité sociale de ce projet est loin d’être acquise et qu’une consultation publique aurait dû avoir lieu. 

Selon M. James Allen, président de la Fédération régionale, « les parcs éoliens sont des projets de nature industrielle, Ils n’ont pas leur place sur les terres cultivées et les érablières. Le territoire du Québec est suffisamment vaste pour localiser ces projets en dehors de la zone agricole dynamique qui, rappelons-le, est non renouvelable et ne cesse de subir de lourdes pertes. » Pour M. Allen, « ceci démontre le désengagement d’Hydro-Québec et du gouvernement envers la protection de notre garde-manger collectif qui, une fois de plus, est relégué au second plan. » 

Rappelons que, lors de la dernière assemblée générale annuelle de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches, les quelque 170 délégués ont voté à l’unanimité en faveur d’une résolution pour que la Confédération de l’UPA effectue « les représentations nécessaires auprès du gouvernement québécois et d’Hydro-Québec, afin que les prochains appels d’offres excluent tout projet éolien en zones agricoles dynamiques et dans les érablières. »  Ceci fait d’ailleurs partie des priorités 2024 de la Confédération de l’UPA.

 

 

– 30 –

 

À propos de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches

La Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches regroupe et représente les productrices et producteurs agricoles et forestiers, propriétaires des 5 500 fermes sur le territoire des dix MRC de la région administrative de la Chaudière-Appalaches. La Fédération contribue à l’amélioration continue et durable de la qualité de vie de tous ses membres, en agissant afin de promouvoir, défendre et développer leurs intérêts professionnels, économiques et sociaux. L’UPA est une organisation syndicale professionnelle qui fonde sa raison d’être et son action sur les valeurs de respect de la personne, de solidarité, d’action collective, de justice sociale, d’équité et de démocratie.

 

Renseignements :

Amélie Carrier

Conseillère en communication et marketing | Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches

2550, 127e Rue, Saint-Georges (Québec)  G5Y 5L1

Téléphone : 418 228-5588, poste 1224 | Cell. : 418 957-7020

acarrier@ca.upa.qc.ca

Nouvelle récente

  • Retour des terres cultivées de Rabaska en zone agricole

    <strong>Saint-Georges, 21 février 2024</strong> – L’Union des producteurs agricoles (UPA), la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches et le Syndicat de l’UPA de Lévis prennent acte de la rétrocession d’une partie des terres de Rabaska et remercient le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, André Lamontagne, pour ses efforts dans ce dossier.<br /> &nbsp;

    En savoir plus
  • La Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches conclut un accord de contribution avec Environnement et Changement climatique Canada

    <strong>Saint-Georges, 26 mars 2024 - La Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches est heureuse d’annoncer la conclusion d’une entente de financement de 158&nbsp;630&nbsp;$ avec Environnement et Changement climatique Canada (ECCC) pour la mise en place d’un projet dans le cadre du programme de Partenariat relatif aux espèces en péril présentes sur les terres agricoles (PEPTA). Cette entente de contribution permettra à la Fédération régionale de promouvoir l’implantation de projets favorisant la biodiversité sur les terres agricoles de la région et, par le fait même, favoriser la conservation de certaines espèces en péril et de leur habitat.</strong><br /> &nbsp;

    En savoir plus
Voir toutes les nouvelles